Mardi soir. Je quitte en vitesse mon bureau. Il fait presque nuit et il pleut. Je m’engouffre dans ma voiture, direction la place Saint-Georges, quelque part dans la capitale. Les voitures, les piétons, les motos s’entremêlent, dans un brouhaha. Brouhaha. Joyeux brouhaha. Dans la littérature les deux mots vont souvent ensemble. Là, je le trouve carrément pénible ce brouhaha. Pénible et humide. Vous allez me dire que je n’avais qu’à prendre le métro. Et vous aurez sans doute raison.

Ah voilà, une place. C’est bon, je suis à l’heure. Je n’ai pas mangé. Tant pis, on verra ça plus tard. Je remonte la rue Notre Dame de Lorette sous le crachin parisien (et pas breton s’il vous plaît, jamais vu cette brouillasse froide et sale au doux pays des crêpes et du homard bleu). Une façade illuminée droit devant moi. Théâtre Saint Georges. Je sors mon e-billet. Il y a du monde. Fouille des sacs. Escalier recouvert de tapis rouge. Ambiance ouatée. Je m’installe au milieu d’un rang, pas bien loin de la scène. Le manteau sur les cuisses, l’écharpe dans la manche, le sac à dos sous les pieds, un carnet Moleskine sur le manteau, et un stylo Frixion (c’est plus prudent pour éviter les ratures) dans la main droite. Mes genoux touchent le siège de devant. Aïe, ça va être dur…

Je suis prête. Prête à quoi ? A écouter Yves-Alexandre Thalmann parler de la nouvelle pensée positive. Une conférence organisée par Rencontres Perspectives. J’adore les conférences qu’ils organisent. Toujours inspirantes, riches en enseignements, en rencontres. Un bon moyen d’ouvrir des perspectives. Ah ben finalement c’est pas idiot d’avoir appelé ça « rencontres perspectives ». Oui, d’accord, je vous donnerai le lien pour consulter leur programme, mais à la fin de l’article, hein, sinon je vous connais, vous allez partir, et p’têt même pas revenir comme dirait un certain Patriiiiiiiiiiiiiiiiiick !

Vous connaissez Yves-Alexandre Thalmann ? Moi, non. Oui, ben non, allez pas chercher maintenant non plus, je vous donnerai le lien de son site, mais à la fin j’ai dit ! Ah, voilà, pas de roulement de tambour, pas de toc toc toc du brigadier, un monsieur qui s’avance au milieu de la scène. Attention, Mesdames et Messieurs, ça va commencer…

Le monsieur est un scientifique suisse, docteur en physique à l’origine, qui s’est formé à la psychologie ensuite. Son propos du soir est d’analyser avec l’œil du scientifique la pensée positive. Et il faut bien distinguer pensée positive et psychologie positive. Allons-bon, je n’avais pas capté qu’il y avait une différence moi. La psychologie positive recouvre les recherches scientifiques autour du bonheur avec comme « chef de file » Martin Seligman. La pensée positive c’est ce qui tourne autour de l’idée qu’en imaginant de façon positive ce qu’on veut obtenir on l’obtient. Son but central est la réalisation de nos souhaits (trouver un job génial, un partenaire de vie, la santé, …). Avec des stars de la discipline comme Rhonda Byrne. Ah, très bien. Effectivement, ce n’est pas franchement la même chose. Et une chose que j’ajoute dans ma besace à connaissances !

Au cœur de la pensée positive, on trouve la loi de l’attraction. Quesako ? Pas compliqué : « les pensées positives attirent les expériences positives, tandis que les pensées négatives attirent les expériences négatives ». Notre psycho-physicien suisse s’est donc penché de manière scientifique sur cette loi et nous expose les résultats de longues études menées sur des tas de gens. Et voilà en bref ce qu’il en est sorti :
– les personnes qui visualisent uniquement les obstacles susceptibles de se dresser entre elles et l’atteinte de leur souhait sont celles qui réalisent le moins souvent leur souhait.
– les personnes qui visualisent uniquement leur souhait comme s’il était réalisé (c’est ça la pensée positive) ont de meilleurs résultats que les précédentes.
Mais il existe une méthode encore plus efficace : les personnes qui visualisent le souhait réalisé ET les obstacles éventuels, tout en imaginant une façon de les contourner obtiennent les meilleurs résultats ! Donc la pensée positive toute seule n’est pas le meilleur moyen d’obtenir ce que l’on souhaite. Et paf. Un autre truc dans ma besace. En même temps je ne connaissais rien à la pensée positive, alors je n’ai pas de croyance à effacer de mon cerveau, c’est cool.

Alors notre scientifique toujours suisse, et bien sympathique, a déduit de ces études une méthode optimale pour obtenir ce que l’on souhaite. Elle s’appelle DROP (pff, à ce sujet, ce n’est pas cette année qu’on va gagner le tournoi des 6 nations. Oui, bon, d’accord je m’égare. Mais il faut dire, ces sièges ne sont vraiment pas confortables. Vous pourriez compatir, vous tranquillement assis devant votre ordi ou votre smartphone ou votre phablette ou votre tablette ou votre télé ou …).

Donc DROP c’est :
D : exprimer son Désir
R : visualiser le Résultat (se faire de belles images de son souhait réalisé)
O : visualiser l’Obstacle (le ou les machins qui se dressent pile entre vous et votre souhait)
P : construire un Plan au cas où l’obstacle se présenterait.

Il paraît que cette méthode serait plus efficace parce que les visualisations positives seules créent des pensées agréables, font se sentir bien mais ne poussent pas à l’action puisque le cerveau pense que le souhait est réalisé (les neuroscientifiques ont confirmé ça avec leurs jolis appareils et leur grand savoir), tandis qu’imaginer l’obstacle et le plan d’actions mobilise les ressources et pousse à se mettre en mouvement.

C’est bon, vous êtes toujours là ? Ou vous êtes déjà passé à l’action ? Vous avez imaginé ce bon chocolat qui vous attend dans le frigo, visualisé l’obstacle qui se dresse entre vous et la tablette de chocolat dans le frigo, la porte, vous avez établi un plan, ouvrir la porte, vous avez couru dans la cuisine, l’obstacle s’est présenté, vous avez ouvert la porte et maintenant vous sentez le goût subtil de ce chocolat nigérian qui se répand dans votre bouche… Oui, bon, d’accord, le chocolat ne se range pas au frigo… Bon, revenez là, il y a une suite !

Pour être efficace, il ne faut pas rester uniquement au niveau des pensées (et une pierre de plus dans le jardin de la pensée positive), mais intervenir également au niveau des émotions et des comportements. Ah, ça, je le savais ! Formation PNL oblige…

A chacun de ces niveaux, notre scientifique suisse, sympathique et très clair nous propose des outils :

Niveau émotions : ouvrir au maximum son champ d’attention pour voir ce qui se passe autour de nous, saisir les opportunités (sûr que si vous marchez dans la rue le nez sur votre téléphone portable, non seulement vous allez vous prendre un poteau, mais en plus vous ne risquez pas de voir que vous croisez la route de George Clooney qui pourtant était tout prêt à vous embaucher pour son prochain film). Pour cela, on peut utiliser par exemple la pleine conscience, la relaxation, l’activité physique.

Niveau pensée : cultiver son optimisme (« je réussis grâce à mon travail, mon attitude », « j’échoue à cause de facteurs externes ») et envoyer bouler le pessimisme (« je réussis grâce à la chance ou au hasard », « j’échoue parce que je suis nul »). Ben oui, parce que quand on a des pensées optimistes, on est plus entreprenant vu qu’on pense que l’on peut influencer les choses. Les outils à utiliser pour développer ce type de pensées sont entre autres la visualisation, l’autosuggestion, les comparaisons descendantes (se comparer à pire que soi, moins heureux, moins bien loti).

Niveau comportements : je vous le donne en mille : pour obtenir quelque chose, il faut tra-vail-ler ! Les success stories sont toujours celles de gros bosseurs. Il faut être capable d’agir pour obtenir ce que l’on veut, de persévérer même si ça ne marche pas tout de suite, et de savoir lâcher prise à temps, si vraiment ça ne marche pas, pour aller vers autre chose. Du point de vue outils, notre scientifique suisse, sympathique, clair et passionnant nous dit qu’il faut entretenir les liens faibles (c’est à dire raconter ce que l’on veut obtenir pas uniquement à ses proches mais à des gens plus éloignés pour démultiplier les chances d’avoir une opportunité), intensifier ses relations interpersonnelles (parler à un inconnu par semaine, ajouter un nouveau contact dans son téléphone par mois, …) et faire de nouvelles expériences.

Donc notre scientifique suisse, sympathique, clair, passionnant et convaincant nous dit en conclusion de remplacer la loi de l’attraction de la pensée positive par un principe à trois pattes (euh, il n’a pas dû le dire ça comme ça) :
Ouverture (pour percevoir davantage d’opportunités) / Motivation (on croit à l’efficacité de ses actions) / Concrétisation (on ose agir et on persévère).

Et notre bonhomme a ainsi défini la nouvelle pensée positive (ou pensée positive 2.0) :

– détends-toi et tire profit de ce que la vie met sur ton chemin
– vois le bon côté des choses et aies confiance en ton pouvoir de les influencer
– agis dans le sens de tes rêves et persévère aussi longtemps que nécessaire
– considère le meilleur en chaque être humain et traite-le en conséquence

Et voilà, fin de la démonstration ! Applaudissements. Il les a bien mérités Yves-Alexandre. Vous aussi d’ailleurs, vu que vous êtes toujours là… Le théâtre se vide lentement. Direction la voiture. Aïe, mes genoux. La circulation est plutôt fluide. Mon esprit vagabonde (un peu, je conduis, quand même). Mon souhait ? Ecrire un article sur ce que je viens d’entendre. Les obstacles ? Avoir la flemme. Ne pas prendre le temps. Ecrire comme un pied (et Dieu sait que sur un clavier c’est embêtant). Endormir le lecteur. Pire, ne pas avoir de lecteur. Oh, bon, ça suffit ! Je crois à l’efficacité de mes actions, et demain je m’y mets !

Et vous, c’est quoi votre souhait ?

Belle journée à vous !

 

 

Quoi, toujours là ? J’ai oublié quelque chose ? Ah oui, les liens. Vous êtes tenace, vous.
Donc :
– le site de Rencontres Perspectives, grand organisateur de conférences passionnantes, enrichissantes, inspirantes : http://www.rencontres-perspectives.fr/ (oui, d’accord, vous auriez pu trouver tout seul).
– Le site sur lequel Yves-Alexandre Thalmann développe la nouvelle pensée positive : http://penseepositive20.net/. Et cliquez bien sur les mots de l’image, c’est ça le menu, je n’avais pas compris du premier coup !

 

© Copyright Isabelle Roche – 2017 – Tous droits réservés
Le texte de cet article est la propriété de son auteur et ne peut être utilisé sans son accord et sous certaines conditions.

3 Commentaires

  1. Pascal Pierrey

    Merci et bravo pour cet article très intéressant et bien fait !

    Réponse
    • admin1342

      Merci et bravo à vous pour l’organisation de toutes ces belles conférences que j’aime tant. A bientôt pour « les pouvoirs de la gratitude » !

      Réponse
      • Pascal Pierrey

        Merci et à bientôt donc !
        🙂

        Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This